octobre 2020
FRATTURA SCOMPOSTA
contemporary art magazine
Microcollection par Elisa Bollazzi
pp. 11 – 17 (ici)
————————————-

22 juin 2020
LE INTERVISTE DEL SALOTTO
Interview Elisa Bollazzi
par Caterina Franciosi (ici)
————————————

juin 2019

Prière de Toucher
Ermanno Cristini
La c. (la centrale edizioni)
pp. 98 – 105 (ici)

————————————-

27 mai 2019

MICROCOLLECTION, 2019
la c. (la centrale edizioni) (ici)

—————————————–

9 fevrier 2019

Semis d’art sur commission: Arbre de 3 mètre, 1980 – 82, Giuseppe Penone
commissaire Panagiotis Voulgares
Fokia Nou Art Space
Athènes, Grèce
article in Elculture.gr
article in It’s Only Arts

—————————————-

31 janvier 2019
COLLEZIONE DA TIFFANY
Elisa Bollazzi: raccogliere in micro (e seminare in macro) come atto creativo
interview par Alice Traforti (ici)

————————————

8 mars 2018

Caffè letterario nell’ambito di Filosofarti
Identità femminile ed educazione sociale

MICROCOLLECTION
L’arricchimento invisibile del sé
e
Cabinet de regard: micro & macro, 2018
William Cobbing, Igor Eskinja, Petrit Halilaj, Camille Henrot, Xu Zhen

Sala Monaco – Busto Arsizio, Italie
article sur Sempionenews
(ici)

—————————————
septembre 2017
Extrait de l’entretien avec Hubert Renard, artiste plasticien, dans le mémoire de Master 2 de Julie Guyon: Oeuvre d’art ou outil de médiation?Histoire d’une attention disputée au sein de l’exposition.
(ici)

——————————————

22 mars 2017
Exhibition THE CABINET PROJECT, commissaire collective ArtSci Salon, St. George Campus, University of Toronto, Canada sur la webzine MaSeDomani
The Cabinet project (ici)

————————————–

19 mars 2017
Exhibition FOR REAL, through Shim ArtHelix Gallery, Brooklyn, NY
RIVISTA SEGNO (ici)

—————————————

6 mars 2017
Exhibition FOR REAL, through Shim ArtHelix Gallery, Brooklyn, NY sur MaSeDomani
Petra Varl et Microcollection à New York (ici)

——————————————

17 septembre 2016
à l’occasion du projet NoPlace par Umberto Cavenago et winner de 49° Prize Suzzara:
article 4 September 2016 écrit par Elisa Bollazzi pour la webzine MaSeDomani
article 13 September 2016 écrit par Elisa Bollazzi pour la webzine MaSeDomani

————————————

septembrer 2016
Microcollection mentioned in Racconti da Bushwick, ultima mecca degli artisti di New York by Laura Loguercio in
VNY, La Voce di New York (ici)

———————————–

mai 2016
Video interview with Microcollection
par les étudiants Giulia Lo Chiatto, Elisa Greco Margarete, Rebecca Molteni
in ARTIST’S DOC. PROJECT, education project section Multimedia Audio Visual
Liceo Artistico “Angelo Frattini”, Varese, Italie
Luca Scarabelli, teacher
(video ici)

—————————————-

décembre 2015
Ildikó Séra interviews Elisa Bollazzi/Microcollection
“Elhinteni a Magokat”
magazine Balkon, Contemporary Art Magazine, Budapest, Hongrie
pp. 40-43 (ici)

——————————————

22 novembre 2015
ART SOWINGS in MAKE8ELIEVE (art # culture magazine )
ISSUE #8: HORROR
commissaire Michelle Marie Murphy (Chicago, Illinois) & Baptiste Lefevre (Cetusss) (Geneve, Suisse)
pp. 45-49 (ici)

————————————-

7 octobre 2015
Artestetica Forme e sostanza nella contemporaneità
Valentina Colella interviews Elisa Bollazzi/Microcollection (ici)

—————————————

12 novembre 2014
Exchange Rates – The Bushwick Expo
par Elizabeth Johnson (ici)

————————————–

22 octobre 2014
L’artista Elisa Bollazzi rappresenta l’Italia a Exchange Rates: The Bushwick Expo
par Vissia Menza, MaSeDomani (ici)

—————————————

20 octobre 2014
Quando la realtà è migliore dei sogni
Vissia Menza interview Elisa Bollazzi/Microcollection sur le premier numéro du MSD Magazine/Ma Se Domani
page 18 ici

——————————–

26 mai 2012
Arte leggera, discreta, invisibile
ici
su Adopera/Adotta un’opera

———————————-

28 juillet 2009
Baloiu Raluca, EXPOZITII / Bienala de la Paris – istorie si actualitate in Ziarul de Duminica ici

————————————–

octobre 2006
L’invisible n’est pas le contraire du visible, mais ce qui est visible autrement.
Alexandre Gurita, Directeur de la XV Biennale de Paris, Paris

—————————————–

465 a. C.
Rien n’est plus visible que ce qui est caché.
Confucio, philosophe

—————————————-

SELFINTERVIEW
Elisa Bollazzi interviewe Microcollection

ELISA BOLLAZZI : Pouvez-vous nous dire quand et comment est née Microcollection ?MICROCOLLECTION : Le Musée Microcollection naît en mai 1990 quand, pendant que visitais le Pavillon anglais de la Biennale de Venise, presque par hasard j’ai récupéré quelques résidus d’une œuvre merveilleuse de Anish Kapoor tombés accidentellement par terre. Ces microparcelles, oubliées désormais, ont représenté un changement dans ma carrière artistique: une illumination et le début d’une façon différente de me déplacer de galerie en galerie, de musée en musée dans les circuits de l’art italien et européen, à la recherche de nouvelles micro-acquisitions qui autrement auraient été inévitablement détruites.

EB: Combien de fragments possède Microcollection, maintenant?M: Microcollection compte désormais plusieurs centaines de fragments acquis par la chute d’œuvres d’art contemporain et soustraits à l’oubli par mes nombreux collaborateurs, qui m’envoient des fragments du monde entier, et par moi-même.

EB: Comment utilisez-vous ces acquisitions et ces donations?
M: Montés sur des plaques de laboratoire, les fragments ne sont visibles qu’au microscope pendant des Cabinets de regard itinérants. Depuis 1990 les différentes tendances importantes de l’histoire de l’art contemporains, Minimal Art, Conceptual Art, Arte Povera, L’art Italien dans la seconde moitié du XXème siècle, Anish Kapoor, Lucio Fontana, MicroItalics ont été exposées pendant Cabinets de regard itinérantes en Italie et à l’étranger.

EB: Il s’agit, donc, d’une façon légère de véhiculer l’art, n’est-ce pas ?M: Certainement il s’agit aussi d’une façon pour éduquer le public à l’invisible, à l’immatériel, à la non-évidence des images et à la liberté créative, à travers la vision directe des fragments de la Microcollection, mais aussi à travers le récit, la mémoire et la suggestion que ces derniers stimulent dans l’imaginaire collectif.

EB: Pouvez-vous me dresser une liste de quelques artistes et mouvements artistiques de la collection? M: Fluxus, Pop Art, Minimal Art, Conceptual Art, Arte Povera, Burri, Fontana, Gilardi, Mondino, Penone, Paolini, Beuys, Buren, Tony Cragg, Richard Long, etc. Microcollection constitue désormais un patrimoine d’une valeur artistique et culturelle considérable à la disposition du grand public.

EB: Parlez-nous à l’égard de votre nouveau projet artistique: Les Semailles d’art?M: J’ai récemment dévéloppé une intuition qui sommeillait depuis plusieurs années sur la vraie essence de l’art, en faisant naître un nouveau projet d’art public: la creation de Parterres d’attente plantés et cultivés d’art avec de précieux fragments d’œuvre dont les titres montrent le critère de sélection: L’arbre de 3 mètres par Giuseppe Penone, Pastèques par Piero Gilardi, Garden par Paul McCarthy, Phosphorescentes Yellow Roses par Jeanne Silverthorne, etc.

EB: Où?
M: Bolzano/Bozen, Milan, Turin, Bâle etc. En 2010 dans la cour du Château de Jerago, Varese avec Parterre d’attente, des semailles de fragments d’importantes œuvres d’art de la collection : près du terrain ensemencé le banc semi circulaire Zante de Saporiti Italia, une séance méditative qui invite à la réflexion.

EB: Quel est le vrai sens de “Parterre d’attente”?M: Parterre d’attente est un espace social, un lieu de rencontre et de débat au fil du temps de l’attente, comme un espace consacré à la pensée et à la recherche.

EB: Quel est la liaison entre la récolte et les semailles de fragments d’œuvres d’art?M: Ces Semailles d’art activent une dynamique de restitution physique des fragments prélevés au fil des ans, dans un symbolisme transparent et très net, mais outre l’aspect de prendre et donner, le projet met à point aussi l’aspect de l’attente. Il s’agit d’une attente bénéfique qui sert à stimuler la créativité et à ouvrir des espaces de pensée, aussi bien qu’à créer des suggestions et imaginaires possibles dans la contemplation d’un terrain riche en œuvres d’art en devenir.

EB: Une dernière pensée!M : “Les artistes ne créent pas d’objets, mais plutôt des mythologies. “( Anish Kapoor )